Zoom sur


Adhérez au pôle ICP

Newsletter





Journée de la recherche au musée du Louvre

Pourquoi un musée fouille-t-il ? Pourquoi et comment attribuer une œuvre ?
Mercredi 29 novembre de 10 h à 18 h à l’auditorium

Louvre, Paris

Voulue comme un rendez-vous annuel, la Journée de la recherche au musée du Louvre sera l’occasion de présenter les spécificités et la diversité de la recherche menée au Louvre.
La journée sera organisée autour de deux problématiques :
– Pourquoi un musée fouille-t-il ?
– Pourquoi et comment attribuer ?

Chacun de ces temps sera préparé et animé par un membre du Conseil scientifique du musée du Louvre et un journaliste autour des projets menés par les chercheurs du musée du Louvre.

10h
Introduction – Jean Luc Martinez

10h30
Pourquoi un musée fouille-t-il ?

Table ronde animée par Dominique Garcia, président de l’INRAP et Vincent Charpentier, journaliste
Etat de l’art et problématiques présentées par Dominique Garcia
Autour des fouilles actuelles menées à Mouweis (Soudan) par Marie Millet, archéologue au département des Antiquités égyptiennes, à Baouît (Égypte) par Florence Calament, conservateur au département des Antiquités égyptiennes, à Apollonia (Bulgarie) et Orgamè (Roumanie) par Alexandre Baralis, archéologue au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, à Gabies (Italie) par Daniel Roger, conservateur au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, à Boukhara (Ouzbékistan) et dans le Khorasan (Iran) par Rocco Rante, archéologue au département des Arts de l’Islam seront abordées cinq problématiques :
– La valorisation du patrimoine local, l’émergence d’un site
– L’innovation, la recherche et le développement
– La formation, la transmission du savoir, les échanges et partenariats
– La conservation par l’étude, la sauvegarde d’un patrimoine dans une fouille
– L’exposition au musée, présentation et diffusion des connaissances

Marielle Pic, directrice du département des antiquités orientales du musée du Louvre, membre de la mission archéologique syro-française de Ras-Shamra/Ougarit (Syrie) interviendra pour conclure sur :
Le musée centre de ressources pour la recherche, lieu d’étude des objets archéologiques, consultation des archives des missions anciennes.
Le département des antiquités orientales se distingue des autres départements d’antiquités du musée du Louvre car il  présente aux visiteurs et aux chercheurs des collections archéologiques qui lui ont été confiées suite à des fouilles françaises menées dans le monde oriental.
Dans le cadre de conventions entre les pays d’origine et la France, les trouvailles de fouilles financées par le Louvre et  la Réunion des musées nationaux depuis le milieu du 19e siècle jusqu’à la deuxième guerre mondiale, ont été accueillies au cœur de Paris. La richesse de cette collection est passionnante à étudier car elle est constituée de chefs d’œuvre, mais surtout de tous les objets, matériaux, restes de végétaux, de déchets d’ateliers … tout ce qui permet aux chercheurs de proposer des restitutions de grands pans de l’histoire orientale.

Nous évoquerons les travaux sur ces ensembles archéologiques de sites fouillés par des équipes françaises encore récemment à Mari, Ougarit en Syrie ou à Tepe Sialk et Suse en Iran. Ces collections regroupant tout type d’objets archéologiques, des archives papier et des archives photographiques, permettent aux chercheurs (conservateurs de musée, chercheurs du CNRS, du Collège de France, des Universités …) d’élaborer des programmes de recherche divers.

Dans les circonstances actuelles, il est extrêmement complexe pour tous les chercheurs de mener des opérations de terrain. Avec plusieurs directeurs de mission de fouilles menées jadis par des archéologues du musée du Louvre, nous sommes en train de mettre en place des études sur le matériel conservé à Paris, en provenance par exemple des sites évoqués plus haut. Nous avons également proposé des dépôts d’objets dans des institutions, proches d’universités où l’archéologie orientale est enseignée, permettant ainsi aux futurs chercheurs de mieux connaître les matériaux.

Questions du public / réponses des intervenants orchestrées par Vincent Charpentier et Dominique Garcia

12h30
Pause

14h30
Pourquoi et comment attribuer ?

Table-ronde animée par Neil Mc Gregor et Vincent Noce, journaliste
« Attribuer : définir et classer. De l’artiste au statut de l’objet » par Athena Tsingarida, de l’Université libre de Bruxelles
Seront débattues les problématiques de méthode (définir, classer), d’organisation de l’unité de production (de l’individu au collectif), de statut de l’objet/de l’œuvre et de sa re-contextualisation, autour des projets portés au musée du Louvre par Françoise Barbe (Les céramiques post-palisséennes), Anne Coulié (L’étude des vases géométriques du style du Dipylon), Sophie Descamps (Base Héphaïstos – techniques de fabrication des grands bronzes antiques), Séverine Lepape (Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en CLAiR-Obscur), Philippe Malgouyres (Bronzes italiens de la première Renaissance) et Nicolas Milovanovic (Le Nain)
Questions du public / réponses des intervenants orchestrées par Vincent Noce et Neil Mac Gregor

16h30
Conclusion de la Journée de la recherche
– Salvatore Settis

>> Plus d’infos